Entente Spéléologique Vosgienne

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Accueil Dernières sorties Sortie à Chauveroche le 21 février 2009

Sortie à Chauveroche le 21 février 2009

Les participants : Jean-Jacques (GUS), Jean-Pierre, Nicolas et Xavier (SCHM)

Les objectifs : Faire une rivière digne d’une belle classique et pour pouvoir si possible parcourir les 6224m de l’entrée jusqu’au lac rond de la grotte de Chauveroche.

          Toute l’équipe s'est retrouvée au gîte de Cléron le vendredi 20 février 2009 vers 21h30. C’est un gîte bien équipé avec deux chambres incluant sanitaire et kitchenette. Il en coûtera 15€ par nuitée et par personne. On n’avait pas l’habitude… Mais la réactivité de l’organisation de la sortie au regard des informations météorologiques aura eu son prix. Le vendredi soir, la hauteur d’eau de la Loue est de 57cm à Ornans (valeurs d’étiage). Les températures annoncées sont inférieures ou égales à 3°C. Il y a 10 à 15cm de neige sur le plateau.

 


 

          Samedi 21 février, en bons spéléos sociables, lever haut en odeurs à 6h en pétant bien fort pour rappeler aux bruyants habitants couche-tard du gîte de la veille les règles de la vie en collectivité.

         Nous arrivâmes à Ornans au départ  de notre course à 7h50. Didier PASIAN, CT 25, est prévenu de notre décision d’entreprendre l’expédition après une dernière consultation de la météo locale.

         La précision mathématique du minutage qui suit n’a d’égal que la bonne compagnie et la forme très entretenue de notre gourou "raonnais" pourtant équipé comme un cyborg.

 

  •  Marche d’approche : 27 mn pour 91 m de dénivelé positif. Seule la mémoire aura eu raison du chemin gommé par la neige.

  • Arrivée au porche à 8h17 ( 35mn d'habillage)

Enfilement des bas de combinaison  néoprène, sauf pour Nicolas qui a une intégrale (en 7mm!). Chaque participant a son kit avec son haut de néop’, bouffe, une bite à carbure, 1l d’eau par personne (pas suffisant pour tous), quelques changes pour certains et deux bouts de 15m avec quelques sangles et mousquetons en prévision du passage des 2 cascades.

Xavier qui avait bien oublié son sac de couchage (une réputation, ça s’entretient !) n’aura toutefois pas omis d’apporter un gilet de kayak. Sa phobie de ne plus avoir pied avait même constitué un échec à la progression au pied de « la plage » pour une autre sortie 7 mois plus tôt.

Jean-Jacques, quant à lui, progressa avec un « bidon kit »  vendu par les «Furets Jaunes de Seyssins » à Vercors 2008. Le bidon-kit devait apporter étanchéité et flottabilité, le bilan viendra plus tard…

 

  • Début de la progession : 8h52

Les trois voûtes mouillantes rencontrées pendant la progression justifient le port des bas de combinaison néoprène pendant 54mn dans cette partie fossile. A noter que cette dernière était bien moins humide qu’en juin 2008.

 

  • Arrivée à La Plage : 9h46

         Après 50m de dénivelé positif, il nous faudra 21 minutes pour mettre les vestes néoprène. Et pour Xavier, de rajouter dans son kit une nouvelle réserve d’air matérialisée (si ça, c’est pas de la trouille !) par une outre en polyéthylène, contenant précédemment du vin et prêtée comme sa combinaison par l’inoxydable et ingénieux doyen du SCHM : Gégé. Tout le monde est donc prêt pour traverser les 203 lacs nous séparant du siphon terminal.

La progression est fluide avec 3 ou 4 pauses. C’est Nicolas qui franchit  les 4m de la première cascade pour installer une corde pour les suivants, plus petits ou moins athlétiques. Jean-Pierre a dû sans doute prendre ses 171 battements cardiaques par minute affichés à son cardiofréquencemètre à ce moment là. D’autres n’en avaient pas mais c’était sûrement d’autres valeurs plus élevées et bien plus souvent.

 

 

Après 4h57 de progression, 2 cascades, 203 bassins et pas mal de crocodiles (retours de roches en bordure de vasque non visibles de la surface de l’eau qui traumatisent les genoux et tibias…), le groupe arrive au lac rond. La galerie Nuffer décrite comme une horreur absolue dans les descriptifs ne présente aucune difficulté particulière ; il faut juste faire attention à ses tibias que guettent les crocodiles. L’altimètre affiche 125m de dénivelé supérieur à 0. Toutefois, les données altimétriques ont sans doute été altérées par les passages dans l’eau.

 

 

  • Repas au lac rond à 15h04

Après quelques clichés marquant la mi-temps, le moment d’un bon repas est venu: soupe « Royco » et café chauffés à la flamme de dudulle sont parfaits pour un repas froid (prévoir un vrai réchaud), pain et charcuterie atomiques (saucisson, saucisse à l’ail, rillettes), granys.

 

Les trois du SCHM étaient médusés de la gastronomie sommaire et tricatellienne préparée par le GUSien qui avait dû, je le soupçonne, tenter une vaccination.

Un autre constat à ce moment précis a été la merdicité totale du bidon-kit, non étanche, plus lourd et terriblement inconfortable au transport sur le dos. Xavier quand à lui était très content de son gilet canard, quelque fois un peu engonçant mais particulièrement efficace pour un quasi-non nageur.

Après 1h13 de pause, nous entreprîmes la seconde partie du parcours : le retour.

 

 

  • Début du Retour à 16h17

A ce passage, les 700m de la mini-rivière aux crocodiles (galerie Nuffer) ont été passés en 39 mn, les remontées de saucisse à l’ail flottant dans l’atmosphère confinée ont dû motiver à une certaine célérité. L’arrivée à la plage est bouclée en 3h13 avec une progression surtout dans le sens du courant (ça va tout de suite mieux). A noter que les ¾ du trajet retour peuvent se faire à la nage même dans 20 cm d’eau (technique J.J) ; c’est moins crevant que de brasser dans la flotte et on survole les méchants crocodiles même dans la mini rivière !

 

  • Arrivée à La plage à 19h29

Changement de tenue en 20 minutes et retour par la partie sèche en 30 minutes. Le bidon-kit a passablement morflé. Mais ce n’était que justice.

 

  • Sortie du porche à 20h21

Il fait nuit et froid comme prévu, temps idéal pour se changer en 32 minutes. Nicolas choisi de descendre en combinaison pour se changer à la voiture. Pour les autres, retour en 42mn, la nuit, le froid, le relief escarpé, la fatigue et la malbouffe, ça rallonge le temps de marche.

 

  • Fin de sortie à  21h03

 Temps passé sous terre =11h00mn52 s (soyons précis !)

 Temps total de la sortie (avec approches) : 13h13 mn.

 Objectif atteint.

 Objectif supplémentaire à réaliser pour J.J : casser la tête aux Furets Jaunes de mes deux !

Nous finîmes aux gîtes avec quelques bières bien méritées et un bon plat de bolognaises. A cette occasion, dans un élan de sociabilité, nous aurons pu faire connaissance de nos colocataires, des spéléos  de la Marne et de la région parisienne venus visiter les Cavottes.

         Départ vers les Vosges à 7h le dimanche 22 février.

         Fin de l’épisode.

         Coût : hébergement 27€/pers, alimentation 15€ par pers, transport non compté.

 

Pour voir les autres photos de la sortie, cliquer ici.

 

Rechercher

La dernière sortie

Week-end Jeunes LISPEL

11 au 13 novembre 2016

 

Lire la suite...