Entente Spéléologique Vosgienne

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Accueil Dernières sorties Baume de Sancey le Long 13 mai 2010

Sortie spéléo à la baume de Sancey le Long

13 mai 2010

 

 

Pris d’un excès de démence sénile, Jean-Jacques a lancé l’idée d’effectuer une série de visites de toutes les cavités peu connues, mal-aimées, laissées pour compte et de plus de 800 mètres de développement de notre secteur d’action. La première cavité choisie fut la Baume de Sancey le Long au riche passé archéologique, à la topographie et au descriptif alléchants. Pourquoi donc cette cavité était donc quasi inconnue ?

 

         


La troupe de 6 spéléos (J.J et Benoit son fils, Franck, Jean-Luc et Damien un pote de boulot et last but not least Gérard) qui se lança à sa découverte ce jeudi 13 mai le sait désormais ! C’est à 11 heures après un itinéraire GPSique aberrant de Gégé que la vaillante troupe se retrouve dans un froid de Toussaint au pied de l’imposante falaise d’une cinquantaine de mètres de hauteur qui marque la fin de cette reculée typiquement Jurassienne. Là, ils découvrent de magnifiques porches comportant encore des vestiges de fortifications médiévales.

 



Une échelle de fer branlante de 7 mètres permet d’accéder à une première très grande salle qui comprenait jadis plusieurs planchers superposés. Un puits remontant de 7,5 mètres équipé en fixe oblige déjà à se mouiller le popotin ; on accède alors à un étage fossile de la rivière où l’on progresse dans une grande galerie esthétique ornée de grands biefs d’eau évitables par des banquettes latérales. Après un carrefour se présente le deuxième puits de 6,5 mètres aux 4 spits dont 2 qui tournent ! Là est inscrit dans la glaise : « STOP ! ». On va vite comprendre pourquoi…



L’arrivée se fait les fesses dans l’eau ; elle ne nous quittera plus jusqu’au fond ! S’ensuit une progression laborieuse dans une longue galerie basse où l’argile liquide est omniprésente. La photographie devient impossible car un épais fog s’est levé. Quelques jolis tableaux viennent agrémenter ce long pensum tels cette escalade scabreuse sur la pointe d’un bâton, ces superbes fossiles de tiges d’encrines dégagés par l’érosion différentielle ou cette faille toute propre au fond de laquelle gronde la rivière.

 


Le dernier puits de 8 mètres s’ouvre au milieu d’une galerie où le 4 pattes est de mise. Un seul spit fut découvert après une patiente recherche sous la glaise mais nous n’avions pas de cure-dent pour le vider… De toutes manières, le niveau inférieur doit siphonner lorsque l’on voit les quantités d’eau qui baignent le réseau dit fossile ; en cas de crue subite, le réseau doit être un piège fatal ! Bref, on fait demi-tour et à 16 heures tout le monde est aux voitures (TPST 4 heures). Il fait de plus en plus froid. Après une longue séance de décrassage et enfin le repas, tout le monde rejoint ses pénates. Jean-Jacques et Benoit vont voir l’entrée du deuxième trou au programme : le Creux de la Roche à Autechaux.


Bilan : Cette sortie n’a pas été déplaisante à mon goût de batracien : le site est exceptionnel et vaut à lui seul le déplacement (il doit l’être encore plus sous le soleil !). La cavité vaut le détour en initiation jusqu’au deuxième puits. La deuxième partie n’est pas sans charme pour qui n’est pas rebuté par l’eau et la boue… Un rééquipement des puits est plus que nécessaire ! Cette grotte offre beaucoup de similitudes avec la grotte de Maurepos ou de sainte Catherine dans le cirque de Consolation à Morteau. Bref, une série qui ne commence pas si mal…

Jean-Jacques

 

 

Rechercher

La dernière sortie

Week-end Jeunes LISPEL

11 au 13 novembre 2016

 

Lire la suite...