Entente Spéléologique Vosgienne

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Accueil Dernières sorties 2016-02-13 Le Captiot
GROTTE DU CAPTIOT A GY

Samedi 13 février 2016

 

Entrée Captiot

JJ, Benoit, Marc et Nico démarrent d’Escles à 7h30 dans ce qui fut un Galaxy, Chantal et Xavier les retrouveront sur place au sommet des monts de Gy vers 9h30, les horaires sont tenus !

Il a plu à seaux toute la nuit, les sols sont particulièrement détrempés sur la marche d’approche.  Le Captiot n’est parait-il pas dangereux en hautes eaux ; on va voir ce qu’il en est…

La douche qui tombe drue du haut du porche annonce la couleur, on ne sera pas secs longtemps ! Nico équipe loin en hors crue le puits d’entrée mais même là, on prend des embruns. Impossible par contre d’éviter le ramping désagréable le nez dans l’eau qui suit.

entrée Captiot (5).jpg entrée Captiot (2).jpg entrée Captiot (5).jpg

On se relève au sec dans le large méandre très esthétique et tortueux qui ne va plus nous quitter. Nico court devant pour équiper les passages entrevus la fois précédente ; il est resté sur sa faim et veut absolument taper le fond cette fois. Xavier resté avec les cacochymes équipe quelques passages aériens scabreux en se servant dans le kit des cordes « facultatives et superfétatoires » toutes prises et plus encore pour éviter les surprises de la fois dernière. Faut dire que la topographie réduite à une coupe pifométrique, un descriptif resté dans la voiture et une fiche d’équipement minimaliste sont des chefs d’œuvre d’imprécisions. Encore une fois les spéléos Haute Saônois sont à clouer au pilori avec des pointes rouillées pour leur manque criant de communication et leurs publications anémiques. Prenez exemple sur vos confrères du Doubs bon sang ! On se perd un peu dans les passages superposés : JJ reconnait le mini méandre qui shunte la partie de ramping mais nous trouvons quand même le moyen de le parcourir ! Il est déserté déjà par ses chauves souris mais le guano est bien là. On parvient au pifomètre des multiples étages presque au bas du P13 dans un carrefour glaiseux avec du gaz et le ruisseau sous les pieds : on est à l’endroit où Nico avait tenté vainement d’accéder depuis un balcon 10 mètres plus haut. JJ qui a déjà fait la cavité tout en fond de méandre, ne reconnaît rien. On semble être dans la « salle des balcons » qui n’a de salle que le nom où l’on peut descendre dans le « grand méandre » par un puits sur monobroche. Xavier et Nico mamaillent un double amarrage sur ficellou et vont voir mais ça frotte et pas de fractio. Une main courante en fixe remonte un toboggan de glaise vers ce qui semble être la porte d’entrée du « nouveau réseau ». On mange là en opposition faute de mieux en cramponnant le bidon des clefs de voitures.

 attente au premier puits

Nico, Benoit et Marc décident de continuer, ils auront eu à leurs dires, car pas un ne prendra la peine de rédiger un compte rendu, à se confronter après une lucarne étroite à un très long méandre glissant tapissé d’argile où l’on ne peut avancer qu’en se bloquant comme on le peut.

 attente au premier puits

 attente au premier puits

Les autres s’en retournent car JJ a la crève, Xavier de la route et Chantal une fiesta à Paris le soir même. Le retour, vitesse cool, ne posera pas de problème. C’est à la nuit bien tombée que JJ, frigorifié et début inquiet dans la voiture, aperçoit des lumières vacillantes sortir des bois et nos trois compères tout crottés se pointer avec le grand sourire de la mission accomplie.

Retour à Escles vers 21 heures.

J.Jacques

 
L'accès à l'entrée 2

Connectés

Nous avons 57 invités en ligne
mod_vvisit_counterAujourd'hui70

Rechercher

La dernière sortie

Week-end Jeunes LISPEL

11 au 13 novembre 2016

 

Lire la suite...