Entente Spéléologique Vosgienne

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Accueil Dernières sorties 2014-05-31 Traversée du Verneau

Samedi 31 Mai 2014.

Traversée Les Biefs Bousset-Grotte Baudin.

Traversée du Verveau

 Participants : Joanna, Emeline, Bengi (Benoit Gaffiot, dit le Vrai, l’Unique, le Pur), Ben (dit le Faux, l’Usurpateur, le Grand, le Potanico, et qui, heureusement a beaucoup d’humour), Michel, Pelu, Nico, Marc. On notera la présence en guest star de Bombom, qui, ne s’étant pas manifesté assez tôt, aura été privé de repas pendant le we.

Arrivée au refuge de Nans le vendredi soir, accueil chaleureux par les primo-arrivés, à grand renfort de cacahuètes au pastis et de couscous au poulet.

Samedi matin, départ de Nico pour l’équipement à 7 h 15, les derniers, Emeline et Marc rentreront à 7 h 45. Le rythme est nettement plus soutenu que la semaine passée, le côté tourisme passant au second plan pour ceux qui connaissent déjà les Biefs, et à 9 h 00 nous nous trouvons à la salle des Paumés, perlant de transpiration avec la clim en panne dans le réseau.

 

Traversée du Verveau

9 h 40 salle Machin ; 10 h 15, en aval de l’affluent Eugène Marie, Michel et Ben le Grand enfilent la néop, les autres se jettent dans le bain des voûtes mouillantes pré-collecteur.

Démarrage dans le Verneau à 10 h 30, promenade de santé, on arrive aux Patafouins à midi.

Traversée du Verveau Traversée du Verveau Traversée du Verveau

Nos deux néoprénés bouillants se cherchent une raison valable de passer par le siphon vraiment repoussant. N’en trouvant pas, ils se résolvent à chauffer en grimpant le P35, comme les camarades, qui se battent avec l’arrivée en tête de puits malcommode et énergivore. Le tout sous l’œil bienveillant du gardien impavide.

Déferlante de spéléos dans l’affluent de la Vieille Bousset.

A 13 h 10, le tube en U, dans lequel toute trace de passage (dont le nôtre une semaine avant) a disparu. On poursuit, seul Michel connait le lieux, mais il a une mémoire de poisson rouge (il se croit d’ailleurs à Chauveroche, et personne n’ose le démentir).

13 h 30, salle du P’tit Loup, pause casse-croûte, les odeurs de bouffe se mêlent aux odeurs corporelles de phoque de la troupe qui s’équipe néop, sauf deux irréductibles, un grand roux sans tresse et sa Falbala. 14 h 30, on redémarre, traversée des salles (Gnome, Jarbraud de Bois), ça monte et ça descend, bonne chaleur sous les bas de néop…, et on attaque les trémies craignos, de la mousse de crue partout, du sol au plafond, de la bonne eau rafraîchissante, très rafraîchissante ! De magnifiques paysages sculptés dans le calcaire des marmites défoncées, immersion totale au bas de petits puits, dans une mousse glauque , sympa. On perd Michel qui souhaite passer par le siphon pour éviter le puits du Vieux Fou, il réapparaitra miraculeusement plus tard, le siphon aura eu un hoquet.

Traversée du Verveau Traversée du Verveau Traversée du Verveau

Traversée du Verveau

16 h 40, confluent de la Côte Jamey, ambiance froide et mouillée, le stylo ne répond plus, les notes sont détrempées et délavées, les appareils de navigation sont hors d’usage. La panique s’installe.

Beau couloir large et haut souvent entrecoupé de bassins profonds pour refroidir les moteurs, des cordes parfois opportunément fixées par un seul point permettent de hâler les flotteurs qui arrivent à reculer malgré leurs efforts et le courant porteur, il faudra qu’on m’explique ce mystère. A l’arrière, la solidarité s’organise autour de Falbala qui trouvera commode de se faire construire une galère mue par 4 esclaves sous-payés.

17 h, on aborde la Salle de la Corniche, grondement sourd de la chute, passage magnifique sur la calcite surplombant le lit du Verneau qui se perd en contrebas. Fini la propreté âpre de ces galeries aux murs parfois très concrétionnés, plongeon dans la boue froide et l’argile qui colle, dès l’entrée dans le couloir qui mène au bassin merdique de triste réputation et qui signe la fin de la partie inconnue de tous. Et en fait ce bassin est splendide, l’eau claire (au début seulement puisqu’on patauge dans la glaise), avec de magnifiques parois calcitées. Les photos depuis longtemps ne donnent plus grand-chose à part des vues sur de la vapeur ondulante.

18 h 00, Bon Négro, bouffe, café-tisane, on se remet dans du sec, on chante, youpie. Un vote rapide définit que le tripode est plus joli en photo qu’en vrai et donc que le détour est inutile. Tout le monde repart à 19 h 00 persuadé de n’avoir à accomplir qu’une simple promenade presque à pieds secs.

Rapidement, le bruit assourdissant du Verneau transformé en torrent, les nombreuses douches rencontrées, et le niveau de l’eau comparé à celui du jour de la reco en avril nous font légèrement déchanter et attirent les foudres sur les imprévoyants optimistes sûrs de leurs dires.

On enchaîne Belauce, le Légionnaire, les Plaquettes, le Ballot, et un frémissement parcours l’échine de l’homme de pointe qui se retrouve face à un lac installé à un endroit saugrenu, c’est-à-dire sur notre route. Pas de doute, on est bien à la voute mouillante près de la salle des Momies, trouvée à sec lors de la reco. Vote rapide, la majorité décide de sortir par Baudin, les autres décidant de mourir sur place. Faut pas réfléchir, on mouille encore une fois ce qui ne l’était pas, l’eau froide, ça stimule !

Et de l’autre côté, la stimulation aidant, c’est au pas de course que se fait le reste du cheminement, on enquille les salles, la galerie des marmites, et arrivés à la main courante (21 h 30) on est déjà dehors. En deux groupes solidaires : Emeline, Bengi, Michel, Ben le Preux et Marc suivis de Bombom, Pelu, Joanna et Nico.

 

Traversée du Verveau Traversée du Verveau

Ben le Pur, sans doute insatisfait de la courte durée de la sortie, ira explorer des coins qu’on savait pas qu’ils existaient, sortira après tout le monde et terminera la balade en via ferrata sur la falaise (le dites pas à ses parents, ils nous traiteraient d’inconséquents), puis fera une rando pédestre sur le chemin touristique des chutes du Verneau, chemin emprunté également par le deuxième groupe en mal de promenade au clair de Scurion.

 

Traversée du Verveau Traversée du Verveau

Retour au refuge où nous attendait sagement des saucisses aux lentilles, et la bonne bière.

Sortie étalée donc entre 23 h 30 et 4 h 00 ou à peu près je sais plus.

TPST : de 16 pour les fainéants à… pour les acharnés.

 

Traversée du Verveau

Le lendemain, nous avions confirmation d’une bonne pluie tombée dans la semaine dont nous avons vu le résultat dans la dernière partie du trajet puisque en amont nous étions dans des conditions similaires à la semaine passée et que la partie centrale nous a montré des signes de remplissage récent mais sans plus de risque pour l’heure.

Belle traversée, qui a réjoui tout le monde. Pour sinon que le groupe était important (9 spéléos), inexpérimenté (Joël nous a laissé seuls sous un fallacieux prétexte le lâche), et avec des handicaps certains : 2 femmes, dont une gamine, 2 vieux, dont un sénile et inconséquent (qui l’a dit à ses parents !?) et l’autre se croyant un poisson rouge, et quatre tout-fous qui blaguaient quand il était prévu de paniquer, on peut dire que l’objectif a été joliment rempli.

Esprit de groupe, esprit pratique, solidarité, entraide, euphorie, tout ça aide bien… On en redemande.

 
we esv 31 i 2010 les biefs 14

Connectés

Nous avons 26 invités en ligne
mod_vvisit_counterAujourd'hui46

Rechercher

La dernière sortie

Week-end Jeunes LISPEL

11 au 13 novembre 2016

 

Lire la suite...