Entente Spéléologique Vosgienne

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Accueil Dernières sorties 2014-03-20 Bugey

2014-03-20 Bugey

« CAMP » SPELEO PASCAL

DANS LE BUGEY

18 au 21 avril 2014

gouffre de Sutrieu Bugey avril 2014

Franck, Florian, Chantal et sa fille, JJ et Benoit ont répondu présents à la proposition de participation à un mini camp de Pâques dans le Bugey organisé par le CDS 57 avec l’appui financier, logistique et matériel de la LISPEL et de l’USAN. Ce ne sont pas moins d’une quarantaine de spéléos de tous âges, sexes, provenances et niveaux plus deux molosses poilus, puants et bavants (non, ni chewbacca, ni JJ) qui se retrouvent pour ce long week-end pascal au gîte de groupe « Le chalet des 2 sapins » à Songieu dans l’Ain ; une grande maison style années 60 à l’eau chaude défaillante. Au programme : une liste de cavités de tous niveaux et toutes durées avec leurs topos où l’on s’inscrit le matin, on prépare son matos et frichti et vogue la galère (il y en eut quelques unes…).

Les Mosellans favorisés par leur ancien flirt imposé avec nos voisins teutons sont arrivés vendredi car ils ne travaillent pas (merci Guillaume II !). Les vosgiens arrivent le samedi en fin de matinée sauf Chantal qui a eu le courage de rouler de nuit. JJ et Benoit croisent sur la route Franck, Florian, Christophe P et ? qui partent vers une destination souterraine inconnue ; on ne les reverra qu’à 23 heures passées. JJ et Benoit sitôt arrivés sont mis en attente des deux dernières participantes non arrivées à savoir une mère Graoulliste et sa fille de retour d’Italie. Nous devons aller investiguer le gouffre de Sutrieu près du village du même nom à l’aide d’un descriptif très nébuleux. Il ne reste dans l’entrée qu’une C.87 et 20 amarrages ; on verra bien jusqu’où on va avec cela… On est à pied d’œuvre en milieu d’après-midi avec notre charmant duo qui fraîches émoulues de stages EFS sont chaudes bouillantes pour aller équiper ce que Maman fera de main de maître malgré des spits parcimonieux et très bizarrement implantés. La cavité ne facilite pas la tâche : il s’agit d’un long plan très incliné avec de brefs tronçons plein pot où il faut jouer du déviateur pour éviter au mieux les frottements. C’est un petit gouffre mignon, très propre, concrétionné et chauve-sourisé idéal pour un apprentissage à l’équipement inventif. Seul danger bien réel : une attention absolue aux chutes de pierres qui dégringolent des paliers pentus et caillouteux ; un caillou décroché de l’entrée se retrouvera immanquablement sur la tête du spéléo 120 mètres plus bas et les rebonds ne garantissent aucun abri sûr, quelques bleus en témoigneront. La C. 87 nous amène à 20 mètres du fond ; nous apprendrons le soir que le reste pouvait se dégringoler sans corde à condition d’avoir foi dans ses crampons de bottes. Benoit déséquipe le bazar et nous serons à l’heure pour l’apéro. Nous devrons attendre 23 heures et l’arrivée des derniers retardataires dont Franck et Chantal pour déguster un excellent rôti de grouick, grouick et sa garniture printanière.

 

gouffre de Sutrieu Bugey avril 2014

gouffre de Sutrieu Bugey avril 2014 gouffre de Sutrieu Bugey avril 2014 gouffre de Sutrieu Bugey avril 2014

Dimanche : tout le monde est sur le pied de guerre à 9h00. Nous choisissons avec Franck et Florian la Falconette par l’entrée artificielle de la Conche. La Falconette est le gros truc du Bugey, un immense réseau multi entrées encore en explo ; on n’en verra que le centième ! Le gouffre est situé à une heure de route du gîte sur la commune de la Burbanche et sur un des flancs de la sinistre cluse des Hôpitaux. Le gouffre est équipé en fixe ; on devrait pouvoir réaliser la longue boucle non trouvée hier par l’équipe qui s’y trouvait. Sabine nous demande alors si on veut bien encadrer 3 débutants restés sur la touche au gîte. L’ESV est partageur, nous serons désormais 7. L’heure de route nous permet de découvrir les réelles beautés du haut Bugey qui contrastent avec les fonds de vallée d’une laideur à se pendre. Nous sommes à 11 heures à la trappe de fer qui cache un fantastique travail de désobstruction à savoir une remontée artificielle et à l’aveugle de 150 mètres de puits aux paliers boyaux de jonction tous élargis et puits final de 10 mètres totalement artificiel; il fallait vraiment avoir la foi du charbonnier ! Les débutants flippent un peu, on doit mamailler un torse cassé avec une sangle, bref, il va falloir encadrer sec ! Tout se passera très bien dans cette magnifique enfilade de puits faciles et propres contre parois. Tout le monde se retrouve à 12h30 dans une très belle galerie aux couleurs fauves 150 mètres plus bas. Nous explorons la branche droite jusqu’à un siphon de sable puis la gauche où nous mangeons en haut des puits qui donnent accès à la rivière jaune. Le réseau est un véritable labyrinthe tridimensionnel assez paumatoire. Il faut penser à la remontée qui fait de nouveau cogiter nos novices : Mâtin ! 150 mètres, c’est une première pour ces assidus de Pierre la Treiche. Nous nous étageons au mieux et guidons chaque sortie de puits et tout se passe au mieux. JJ émerge le premier à 17h30, nous serons encore frais et dispos pour l’apéro. Chantal s’est encore fourrée dans un groupe galère et reviendra transie sous la pluie vers 23h30 pour ronger un os de gigot froid.

 

gouffre de Sutrieu Bugey avril 2014 gouffre de Sutrieu Bugey avril 2014 gouffre de Sutrieu Bugey avril 2014 

gouffre de Sutrieu Bugey avril 2014 gouffre de Sutrieu Bugey avril 2014 gouffre de Sutrieu Bugey avril 2014 gouffre de Sutrieu Bugey avril 2014 

Le repas du soir est tout à fait pascal : gigot d’agneau, œufs de Pâques, on échappe toutefois au Bénédicité. Nous découvrons un CDS 57 au paternalisme bienveillant qui offre gâteau et baudrier neuf pour les anniversaires de ses membres ; toutes choses totalement inimaginables chez nous sous peine de psychodrame immédiat. Qu’on en prenne de la graine ! Après une longue suite de libations, nous rejoignons nos chambrées surchauffées. Le lundi matin sera consacré au lavage du matériel et des locaux. Les vosgiens repartiront vers 10 heures pour 5 heures de route après l’abandon un peu angoissant d’un chèque en blanc.

Merci aux organisateurs pour cette gestion sans faille de 40 zigs, ce qui ne doit pas être une sinécure.

JJ

 
L'accès à l'entrée 1

Connectés

Nous avons 14 invités en ligne
mod_vvisit_counterAujourd'hui46

Rechercher

La dernière sortie

Week-end Jeunes LISPEL

11 au 13 novembre 2016

 

Lire la suite...