Entente Spéléologique Vosgienne

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Accueil Dernières sorties 2014-02-15 AG ESV
 

 

Compte-rendu des activités

égayant l’AG de l'ESV

 15 et 16 février 2014

 Pour cette AG, le bureau a voulu innover et dix membres de notre sympathique club a investi la maison lorraine de la spéléléogie (MLS) avec les familles. Au total une vingtaine de participants âgés, comme à l'habitude de 3 ans, à ...

Samedi : arrivée en fin de matinée. Tous prennent leurs marques à la MLS.

Un premier groupe part rapidement vers les carrières de Savonnières, avec l'objectif de faire l'Avenir et la Sonnette. Finalement, seule la Sonnette a été faite. Du jamais vu : l'eau ruisselait de partout.

Devant la Sonnette

 Sortie de la Sonnette Sortie de la Sonnette Sortie de la Sonnette

Le groupe des touristes pris aussi le chemin de la carrière, mais pour rester bien sagement en surface.

Un troisième groupe rejoignit directement la MLS en soirée, pour assister à l'AG.

Dimanche : Tout le monde se dirigea vers le musée de J.L.Armanini. Spectacle grandiose, comme le narre si bien JJ dans le compte-rendu de la sortie aquatique. Nous sommes subjugués par les connaissances tant archéologiques que paléontologiques de ce spéléo qui a tant travaillé pour découvrir, topographier les dessous de la Meuse.

 Visite du musée des fossiles Visite du musée des fossiles

L'après-midi, le groupe de touriste de la veille se dirigea vers l'abbaye des Trois Fontaines.

 A l'abbaye des Trois Fontaines A l'abbaye des Trois Fontaines A l'abbaye des Trois Fontaines

A l'abbaye des Trois Fontaines A l'abbaye des Trois Fontaines

 Le troisième groupe de la veille se rendit à Savonnières, frustré de n'avoir pu visiter ces carrières.


LE RUPT DU PUITS

Le Rupt-du-Puits

Malgré un réveil tardif et en dépit du risque de crue constaté dans les cavités des carrières de Savonnières la veille ; il est décidé de maintenir la sortie prévue au Rupt du Puits ; sortie avortée lors d’une précédente réunion des élus du Grand Est pour cause d’oukase des chasseurs présents sur les lieux. La mise en route tardive (10h.) nous permet de profiter aussi de la visite du « musée, cabinet de curiosité » de J.L. Armanini qui s’est agrandi d’une nouvelle salle mais qui peine encore à contenir tous les trésors géologiques, fossilifères, paléontologiques et archéologiques découverts, acquis, échangés ou collectés au cours de sa vie. Plus que les incroyables géodes multicolores venues des 4 coins du monde, ce sont les vestiges moins chatoyants mais purement locaux qui retiennent mon attention notamment ces amas de petits cailloux bruns polis qui sont en fait des dents de poissons fossiles tamisés dans le lit des rivières souterraines ou les fantastiques dalles des carrières de Landaville constellées de radioles d’oursins ; preuve s’il en est que la curiosité est la plus belle des qualités !

Dans le Rupt-du-Puits Dans le Rupt-du-Puits Dans le Rupt-du-Puits

Mais l’heure tourne, nous nous éclipsons vers Robert Espagne pour nous garer le long de la route car la forêt est transformée en vaste bourbier inaccessible. Point de chasseurs ! Ils seront pourtant là à notre sortie, silhouettes fluos menaçantes dans la forêt. Chez les spéléos, toutes les options d’habillement sont adoptées : cela va de la néop. Intégrale 5 mm pour Florian et Chantal au rien du tout pour nos 2 rik bourgs en passant par une très seyante combi 0,5 mm spéciale Maldives pour JJ. La corde de 50 mètres est jetée dans les buses. Joanna s’y engouffre la première et rassure le groupe : ça va, la cavité est visitable !

 Dans le Rupt-du-Puits Dans le Rupt-du-Puits

Très visitable en effet avec de l’eau au niveau du mollet au mieux et à la taille au pire. La petite crue rend très vivante la cavité assez noire et sinistre d’habitude en faisant pissoter toutes les arrivées d’eau notamment deux « cabines de douche » naturelles sous lesquelles Joanna refuse de se dévêtir. L’eau est brune de limon sauf un seul affluent à l’onde cristalline. Les nombreux « ruptgraphes, puitsmètres » à boules de babyfoot rencontrés et souvent en piteux état montrent qu’il y a eu une mise en charge importante voici peu. Nous remontons le cours principal jusqu’au secteur resserré qui bastonne bien des petites cascades où il faut faire quelques acrobaties pour éviter le bain intégral. Florian nous y fera au retour un magnifique plongeon coulé à pic avec rattrapage par la cagoule de JJ. A 14 heures, nous faisons demi-tour pensant que le retour sera rapide en se laissant porter par le courant. Que nenni ! Car celui-ci n’est hélas pas assez rapide. Il est décidé que les plus lents remonteront les premiers pendant que les autres exploreront un maximum d’affluents. Ainsi Florian, Chantal seront les premiers à suer dans leur néoprène ; JJ le troisième « lent » sera rattrapé à mi-puits par Joanna la première du gang des « rapides ». Tout le monde sera de retour vers 16 heures au lieu des 15 heures annoncées ce qui leurs aura à leurs corps défendant bien sûr fait échapper au nettoyage des locaux mais les aura privé comme juste peine des restes de la choucroute de la veille à l’exception de JJ qui se verra gratifié d’un « doggy bag » préparé avec amour par un Gérard isolé au fond d’une tranchée circulaire de 50 cm à force de tourner en rond depuis une heure.

JJ grand maître de la confrérie de la

Taste Choucroutesque de Niederbröhn les Bains

 

 
Xav à la cascade 4

Connectés

Nous avons 60 invités en ligne
mod_vvisit_counterAujourd'hui71

Rechercher

La dernière sortie

Week-end Jeunes LISPEL

11 au 13 novembre 2016

 

Lire la suite...