Entente Spéléologique Vosgienne

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Accueil Dernières sorties 2013-03-03 grotte de Solborde

Grotte de Solborde - Vesoul

Dimanche 3 mars 2013

Grotte de Solborde mars 2013

Voilà bien longtemps que JJ savait que la grotte de Solborde, joli porche niché au fond d’un écrin de verdure dans la banlieue de Vesoul cachait un réseau spéléologique conséquent. Il avait même acheté un livre assez indigeste sur Vesoul car il publiait un petit bout de la topo de la zone d’entrée. Pendant le camp des Bauges, Jean un spéléo vésulien lui avait promis de lui envoyer la topo mais ce ne fut qu’une promesse d’ivrogne et c’est finalement Joël qui faisant jouer ses relations déclenchera le « sésame ouvre-toi » tant espéré et même une visite guidée !

Grotte de Solborde mars 2013 (13)  Grotte de Solborde mars 2013 (15)  Grotte de Solborde mars 2013 (16)  Grotte de Solborde mars 2013 (17)

Nous nous retrouvons donc tous vers 10 heures sur un parking décharge sauvage juste au dessus du porche. Il y a là 3 ESV (JJ, Benoit, Gérard), 4 GSPV (Guy, Fabian, Jérôme et Sophie), 3 Aragonites (Joël, Odile et Raphaël) et 3 membres du Spéléo Club de Vesoul (SCV) dont deux nous accompagneront sous terre.

 Grotte de Solborde mars 2013 (13)  100 1202

Pendant que JJ grand adorateur du « Bon Coin » vend un lot de 3 télescopes à un amateur Graylois,tout le monde s’échine à essayer de rentrer dans sa néoprène qui bien sûr a rétréci mystérieusement depuis son dernier usage. Il faudra enfin un jour que des scientifiques se penchent sur les mystères constricteurs du caoutchouc chinois au fil des temps! Ce douloureux exercice est rendu obligatoire car aux dires de nos guides, la visite de la cavité nécessite un tel accoutrement.

 Grotte de Solborde mars 2013  Grotte de Solborde mars 2013  Grotte de Solborde mars 2013  Grotte de Solborde mars 2013 

 Nous voici donc sous le porche sous l’œil bienveillant de la vierge, la seule, la vraie ! Nous sommes babas devant l’amas de blocs sortis de la zone d’entrée qui a nécessité moult désobstructions.

On nous a prévenus que les 200 premiers mètres ne seront pas de tout repos surtout en néoprène de 5 mm ! L’entrée du genre soupirail s’ouvre en hauteur à la droite du porche à la perpendiculaire du parcours logique du ruisseau qui sourd du fond du porche. Sans un courant d’air révélateur, personne n’aurait cherché là l’entrée du réseau ! Une incongruité à se souvenir pour nos prospections vosgiennes. On passe ensuite une trappe non cadenassée qui faillit ne jamais s’ouvrir avant d’attaquer une suite de laminoirs, chatières, boites aux lettres et autres joyeusetés qui nous font monter le palpitant à 200 pulsations / seconde.

Notre Gégé traumatisé par la guerre (de 14) et la peur de manquer a blindé pour son seul usage mystérieux le kit ESV d’un gros bidon au contenu énigmatique (emprunts russes ? Arche d’alliance ? Annales du bac maths de 1920 à nos jours ?) qui fut vite passé au fringuant Benoit. Enfin nous pûmes nous rafraîchir dans un siphon désamorcé à l’eau de couleur fécale avant de déboucher dans les gros volumes où l’on retrouve le ruisseau qui coule sous le porche.

Quel changement ! Une vaste galerie chaotique et bien concrétionnée nous ouvre les bras et au fond coule une rivière… Grosse déception en la rejoignant : nos jambes s’enfoncent dans cinquante centimètres de boue liquide cachée par le courant d’une onde pure et trompeuse. Nous ne quitterons guère cette amie très collante tout au long de la progression rendue par elle très pénible, JJ veut revoir Trampot et mourir ! C’est d’autant plus dommage que les paysages souterrains sont très jolis avec des concrétions pas banales comme des sapins d’argile ou des fossiles à gogo émergeant d’un calcaire bizarre à l’aspect du grès de chez nous. La progression est intégralement canalisée par de la rubalise pour ne pas abîmer ces merveilles. Le passage de 2 voûtes mouillantes où l’on n’a pas pied nous rassure sur l’utilité de la néop. Intégrale préconisée.

Grotte de Solborde mars 2013  Grotte de Solborde mars 2013  Grotte de Solborde mars 2013 

JJ, Gégé et un Vésulien s’arrêtent peu après la « cascade » à l’annonce que l’épaisseur de fange va encore augmenter, les autres fileront voir le siphon final. JJ effectue le retour en mode « crapaud paraplégique » marchant sur les bras pour tenter de voler au dessus d’un nid de caca (j’en suis fier de celle là !). Nous abandonnons l’idée même de sortir une photo correcte de ce sauna vaporeux. Le retour mouillé fut un tantinet moins oppressant que l’aller nonobstant le bidon des lingots d’or de Gégé tiré, porté par un JJ meurtri, bafoué mais bientôt libéré sous les coups de 16 heures. Nous nous vautrons aussitôt dans le ruisseau heureux de nous séparer des 2 kilos de gravier que nous avons dans chaque botte.

Une sortie brève certes mais néanmoins sportive dans une grotte où nous aurons pour la plupart du mal à revenir… Personnellement le port de la néop de 5 mm m’a semblé horrible ; les passages de nage véritables sont brefs et peu nombreux, une néop légère de 3 mm intégrale me semble suffisante.

Un grand merci en tous cas à nos collègues Haute-Saônois pour le travail titanesque effectué dans des conditions peu enviables et pour leur chaperonnage attentif. Il nous tarde désormais de découvrir la traversée de Cerre les Norroy qui parait-il, à leurs dires, vaut son pesant d’argile !

J.Jacques le crapoteux

 

 

Rechercher

La dernière sortie

Week-end Jeunes LISPEL

11 au 13 novembre 2016

 

Lire la suite...